COLLECTIF EAU-TOURAINE : CHARTE

 

Préambule

 

L’eau est un bien commun universel nécessaire à la vie. Tous les habitants de la planète ont le droit d’y accéder librement en qualité et en quantité suffisante.

Leau est un élément déterminant des éco-systèmes de la planète. Rivières, zones humides, nappes souterraines doivent être préservées et protégées.

Pour ces raisons, la responsabilité de sa gestion, de l’organisation de la production et de la distribution de l’eau potable, doit relever de la sphère publique.

 

Objectifs

 

I )      Un grand service de l’eau en gestion publique sur le territoire de Tour(s)plus doit être créé à court terme.

Il s’organisera à partir des régies existantes de Tours, Saint-Cyr-sur-Loire et Saint-Avertin qui ont les compétences et le savoir-faire nécessaires.

Afin de mettre en œuvre une bonne gestion publique de l’eau, la solidarité entre les communes de la Métropole est indispensable.

L’uniformisation souhaitée du mode de gestion aura pour corollaire :

  • La convergence des tarifs pour assurer la solidarité entre les communes.
  • Un prix équitable, évitant une augmentation injuste des tarifs les plus bas.
  • Un abonnement gratuit et un tarif progressif, plus juste socialement, et plus vertueux écologiquement puisque favorisant les économies d’eau.

 

 

 

                                                                                                                     …/…

II )     La protection de l’écosystème doit être engagée. La préservation de la ressource en eau sera réalisée par :

  • La limitation des puisages dans la nappe profonde (Cénomanien) aux seuls besoins pour les cas d’urgence  (pollutions, accidents).
  • L’ interconnexion de tous les réseaux et leur entretien accru.
  • La surveillance et l’amélioration de la qualité de l’eau en entrée et en sortie du réseau.

 

MOYENS D’ACTION

 

  • Compléter et enrichir l’état des lieux de la situation dans chaque commune à partir des informations nouvelles apportées par les participants : tarifs, réseaux, équipements, origine de l’eau, risques de pollution etc…
  • Garder une veille sur l’évolution de la gestion de l’eau par les régies et contrats signés par les communes : se procurer et mettre en commun tous documents et toutes informations utiles, afin d’enrichir notre réflexion et inspirer nos actions.
  • Organiser une présence aux réunions de conseil de la Métropole. Revendiquer une ou plusieurs places dans la CCSPL Métropole et coordonner les interventions avec les associations qui en sont déjà membre
  • Demander qu’un audit sur l’état des réseaux soit fait sur le territoire de la métropoe, afin de définir les urgences et préparer l’avenir.
  • Demander une étude dans un délai rapide sur les interconnexions nécessaires à la pérennisation de la ressource et à la protection de la nappe profonde du cénomanien.

 

  • Réfléchir à toute action publique destinée à faire connaître nos objectifs et faire qu’une gestion efficace et cohérente se mette rapidement en place.

 

Premiers signataires :

 

Arial  ; CLCV37 ; collectif Altereg’eau ; Eau-joué-lès-tours-touraine ; Indecosa-CGT37 ; Sepant